mardi 8 juillet 2008

10 sur 10

Je finis par répondre au tag de Barbara
(Vous savez, les filles, que vos tags sont de plus en plus compliqués...???)

"Petite, tu l'imaginais comment ta vie d'adulte de 10 en 10 ?"

à 10 ans : Je voulais être journaliste et d'ailleurs, je faisais la présentatrice du 20h à la fête de fin d'année. J'avais aussi des envies de sauver le monde et j'avais même organisé une collecte de jouets puis une vente pour donner des sous à une association humanitaire. 500 F récoltés, dont j'étais très fière.
à 20 ans : j'avais déjà un peu laissé de côté mon envie de travailler dans la pub (pourtant précoce et tenace) et je commençais à me dire que décidément, je ne savais pas ce que je ferais 10 ans plus tard. Pourtant, je ne me voyais pas, 10 ans après, avec un mari et des enfants et j'étais sûre que j'aurai un boulot plutôt créatif, vachement intéressant et hyper prenant.
à 30 ans : toujours pas grande idée de ce que je ferai quand je serai grande... je suis une grande indécise dépourvue de confiance en soi et sûrement trouillarde. A 40 ans ? Je serai toujours en train de me demander où est ma voie et j'aurai toujours l'impression, comme aujourd'hui, que je ne suis pas bonne à grand chose et que je n'ai rien accompli.
Finalement, ça me résume assez bien. Déprimant, non ?

5 commentaires:

allison a dit…

présenté comme ça, la dernière partie est effectivement assez déprimant, mais on pourrait voir ça autrement: tu ne vois pas une seule route devant toi, mais plusieurs possibilités, plusieurs ouvertures, ce qui est pour moi, bien plus intéressant que de se dire, 'voilà comment le reste de ma vie va et doit se passer', sans surprises. la rigidité n'est jamais une bonne chose, la détermination, si. mais dans ce cas de figure, la confiance en soi est primordiale, et j'ai bien l'impression que c'est ça que tu manques. pourtant, rien qu'en lisant ce que tu écris sur ce blog, on voit que tu as du talent, de la générosité, et des capacités bien audelà de ce que tu crois. courage!

sabine a dit…

bah, bah... le doute, c'est cela qui nous rend humain... tu n'es pas la seule à ne pas savoir où tu vas et c'est cela qui te rend vivante, et tu es joyeuse aussi, créative, à l'image de ton blog, j'en suis sûre...

Barbara B. a dit…

punaise! Allison je veux bien que tu m'écrives tout pareil sur mon blog(n'importe où hein moi j'm'en fiche ;-DD)
Dia mon p'tit bouchon(étant ton aînée j'me permets/pour une fois que ça sert à un truc!!), meuh non ce n'est pas forcément déprimant que de ne pas savoir où l'on va ou qui on sera quand on sera grande, c'est juste plus compliqué et surtout insécurisant dans l'instant. Mais ça te permet de laisser une place au(x) doute(s)/ à l'incertitude/ à une multitude de possibles chemins à emprunter/aux 1001 Diacritiques d'être et surtout d'accorder du "mouvement" à ta vie.
Bref. 'Suis d'ac avec les copines!!
plein de bises
(me suis racheté des cartouches alors je vais pouvoir bientôt préparer le petit envoi ;-))

croixdeprovence a dit…

Mais non pas déprimant , c' est la vie âvec son côté plein de surprises!!!!

sissi et loulou a dit…

Je suis assez étonnée en fait de lire tout ça (j'imaginais en regardant par la petite fenêtre de ce blog que tu avais justement un métier créatif...) et bien saches que je suis comme toi et que comme je m'éloigne de la trentaine de plus en plus j'ai vraiment les boules de me dire qu'à 40 ça sera la même histoire... aller zou gagnons un peu de confiance pour aller au bout de ce qui nous tiens vraiment à coeur ;-)